Contact : ecolline@riseup.net
Site : www.ecolline.wordpress.com

Appel au don

Il s’agit de financer l’aménagement d’un nouveau lieu, de poursuivre l’investissement dans le matériel pédagogique, d’enrichir l’offre d’ateliers proposés par les intervenants extérieurs. Nous sommes sollicités pour 41 000 € sur un montant global de 88 000 €.

Montant souhaité : 41 000 euros

Avancée de la collecte

Ecolline,

Offrir aux enfants le temps d’être eux-mêmes, d’être maîtres de leurs choix… libres… nous avons besoin de soutien pour pérenniser notre toute jeune structure, trouver un nouveau lieu pour adopter des animaux, agrandir notre espace extérieur et intérieur et accueillir davantage d’enfants.

Ecolline est une école hors contrat laïque née en 2016, dans les monts du Lyonnais, à Saint-Martin-en-Haut (Rhône, département 69). Elle fait partie du réseau des écoles démocratiques françaises (EUDEC) et son fonctionnement est celui d’une sociocratie. L’équipe s’appuie sur les pédagogies alternatives (Freinet, Gattegno, Montessori, Steiner) et les découvertes récentes en neurosciences, mettant en oeuvre au quotidien la pratique de la communication non violente.

L’enfant est au cœur de ce système. Il est au cœur de ses apprentissages et en est le « maître ». A travers le jeu et diverses activités, il peut se passionner pour ce qui l’intéresse, développer ses talents, s’éduquer…
Il peut, si le cadre le lui permet et si l’environnement est suffisamment riche, être l’acteur de ses apprentissages et le créateur des langages (parlés, écrits, mathématiques…) dont il aura besoin pour vivre et évoluer dans le monde dans lequel il arrive.

« Eduquer, c’est se préparer soi-même et préparer les autres pour l’inconnu. »

Gattegno

Projet pédagogique

Pédagogie, projets

Correspondance avec d’autres écoles, projets personnels, journal d’école, journal de nature….

Utilisation des pédagogies alternatives (Freinet, Gattegno, Montessori, Steiner) et des découvertes récentes en neurosciences.

Choix des activités

Les activités sont en priorité choisies par les enfants, selon leur élan intérieur du moment.

Apprendre est une démarche très intime, qui nous met en contact avec ce qu’il y a de plus vivant en nous. Il n’y a qu’à regarder un jeune enfant qui se lance dans l’apprentissage de la marche. Il y met ton son cœur, toute son énergie. Il tombe et se relève, sans jamais baisser les bras devant la montagne qu’il est en train de gravir. Et lorsqu’il est fatigué, il se repose et reprend lorsque le moment est revenu.

Pour que cela se fasse au mieux, il est important de créer un espace riche et interactif qui permette à chacun de trouver ce qui éveille son intérêt, sa curiosité et lance ainsi une activité d’apprentissage, quelle qu’elle soit. Il nous est impossible de savoir ni quand, ni pourquoi, à un moment, l’enfant entre dans un apprentissage. Encore une fois, cela appartient à l’intimité de son développement individuel.

Selon Bernard Collot, c’est dans une structure vivante, traversée par le flux de matière et d’énergie, que peuvent se produire des processus de structuration ou d’organisations spontanées. Une telle structure rend l’imprévisibilité et l’incertitude, normales, naturelles et efficientes.

Le moment fort de la journée et autour duquel s’axe les différentes activités des enfants est la Réunion, regroupant l’ensemble des enfants présents et évoluant dans le groupe, ainsi que l’ensemble des adultes accompagnants présents. Moment de restitution personnelle et collective de ce qui a été et sera vécu, il permet à chacun de se situer dans son parcours d’apprentissage, de se fixer des buts et de faire des retours sur ces mêmes buts. Il permet aussi de voir le chemin parcouru, au-delà de la simple réalisation du but fixé.

De nombreux ateliers permanents sont aussi mis en place, en fonction des demandes, de l’espace et des situations : atelier écriture, création de chansons, expériences, atelier réglettes et tableau en couleur, bricolage, dessin/peinture….

Pour les plus jeunes, nous utilisons les ateliers mis en place dans la pédagogie de Maria Montessori.


A l’intérieur même de ces ateliers, la progression se fait naturellement en fonction de l’évolution des compétences langagières développées par l’enfant.

5 domaines de compétences :

Les langages pour penser et communiquer
Les méthodes et outils pour apprendre
La formation de la personne et du citoyen
La compréhension du monde
Les représentations du monde et l’activité humaine

Le référentiel des programmes, en lien avec le socle commun, permettra à l’enseignant de situer l’état des langages de chacun, par rapport aux normes et aux attendus de l’éducation nationale.

Langues étrangères

Les langues étrangères sont vivantes à Écolline.

Elles font partie de la vie de tous les jours. Nous n’avons pas pour objectif principal d’avoir des enfants bilingues, mais de permettre à ces derniers, une ouverture au monde qui les entoure et qui devient de plus en plus présent. Leur permettre aussi, grâce au travail d’écoute, une structuration intérieure. De plus, les langues sont l’occasion de travailler le langage mathématique (la combinatoire, c’est de l’algèbre 

Restons ouverts aux surprises qu’une telle approche peut faire naître chez les enfants !

Méthode naturelle

Elle comprend TOUT ce qui vient des adultes et des enfants au quotidien :

Comptines, jeux et chansons
Mots et expressions
Repas ou spécialités
Visites virtuelles ou imaginaires

Méthode convergente

Elle comprend tous les espaces-temps particuliers autour d’une langue étrangère

Utilisation du Silent Way, tableaux Gattegno de reconnaissance des sons pour toutes les langues
Intervenants spécialisés
Projets spécifiques : sortie, voyage, événement culturel, connaissance d’un pays, d’une population, d’une culture…
Échanges et partenariats internationaux
Accueil de hoofers étrangers

Matériel facilitant

Livres en plusieurs langues
CDs, DVDs, BDs
Jeux spéciques aux pays Logiciels

Référentes langues

Chaque enseignante s’engage à prendre la responsabilité de faire vivre une ou plusieurs langues à l’école.

Par ailleurs, des intervenants sont aussi prévus en fonction de leurs possibilités du moment mais aussi des demandes et propositions, émergeant des enfants.

Posture

La Posture intérieure
Elle est la base et l’originalité de notre travail.
C’est par notre posture intérieure que nous abordons l’autre, les autres et le monde. C’est elle qui nous fait voir les chose et la vie de telle ou telle façon.

Elle est ce que l’on peut appeler notre essence, notre élan de vie, notre lumière intérieure, notre mission sur terre… Tant de noms lui sont donnés ! Nous n’en choisissons aucun mais sommes conscients que c’est cet espace intérieur qui nous guide dans la vie et dans nos apprentissages.

C’est sur lui que nous nous appuyons pour notre travail avec les enfants.
C’est encore sur lui que nous comptons pour guider chaque enfant vers ce qui fait qu’il est un être unique et détenteur d’un potentiel infini.

Place et posture relationnelle de l’adulte
L’enseignant est un chercheur, observateur, accompagnateur, facilitateur.
A l’écoute des besoins de chacun et du groupe, il a une attitude bienveillante.

Il favorise l’estime de soi et reconnait les émotions de l’enfant.
Il organise l’espace et le matériel à disposition, au service des projets personnels de l’enfant ou des projets collectifs.
Il circule dans les ateliers, réponds aux demandes, propose du soutien.
Il favorise le dialogue et le lien avec les parents.

Vision – conception de l’équipe
L’enseignant est un accompagnateur, une aide pour l’enfant.
Il est persuadé que «chaque enfant vaut de l’or» et que son rôle n’est autre que de révéler , d’accompagner le dévoilement de cette richesse intérieure.
Il accepte l’aventure de l’apprentissage et ose ne pas savoir et chercher avec les enfants.
En cela, il est apprenant au même titre qu’eux.
Il est porteur des valeurs d’Ecolline et s’engage à les respecter de son mieux.

L’équipe pédagogique a aussi un rôle de soutien pour chacun de ses enseignants et ceux qui les accompagnent (intervenants, bénévoles). Elle est le lieu où les difficultés rencontrées pourront être posées; elle est le lieu où des solutions pourront émerger.
Elle est le noyau porteur des valeurs et garante de les faire vivre dans chacune des activités proposées.
Elle est responsable du travail pédagogique et chaque enseignant, dans son individualité et ses particularités, en sera une expression riche et unique.
Elle se réunit de façon régulière afin de faire de ce système, un espace cohérent et bienveillant.

Cette équipe éducative est plurielle.


Si l’on considère la coupe d’un arbre, et ce quel que soit son âge, on peut observer un noyau central, le cœur de l’arbre, son premier élan de vie… Puis, tout autour, ces cercles concentriques, à la fois protecteurs et signes de sa croissance; mouvement à double sens, vers l’intérieur et sur l’extérieur.

L’enfant est le cœur de ce système. Autour de lui, une équipe d’enseignants-accompagnateurs. Et puis, dans un cercle un peu plus extérieur, des accompagnants dont le rôle est un peu plus large. Il permet, d’une part, à l’équipe en action de prendre du recul, si c’est nécessaire et d’autre part, il peut intervenir dans la gestion des relations entre accompagnants et enfants ou accompagnants et parents. Il est le garant des valeurs et des engagements pris par chacun au sein de cette aventure. Un peu plus extérieur encore, un cercle gérant les relations sur le monde tant sur le plan local que sur un espace plus ouvert (artisans, entreprises, intergénérationnel, financeurs…). Et enfin, l’association elle-même, garante au niveau légale mais aussi moral, de la cohérence de chacun de ces systèmes et de leur bon fonctionnement.

Tout cela, en restant conscient que chaque cercle, chaque système reste responsable de son propre engagement.

Gestion des interactions adultes – enfants
Gouvernance partagée :
Conseil d’école (organisation du quotidien, des projets à mener)
Conseil de paix (gestion des règles de vivre ensemble, régulation des conflits)

Place des parents
Partenariat avec l’équipe pédagogique, participent aux sorties et accompagnent certaines activités en lien avec les enseignants.
Propositions de formation à la parentalité positive, ateliers, conférences…

Ecologie et environnement

Rapport à la nature et à l’environnement
École au cœur de la nature et en lien fort avec la pratique de l’écologie, le respect de l’environnement.
Jardinage, potager, verger, élevage d’animaux, sorties nature, connaissance de la faune et flore des environs.

À l’intérieur
Le monde végétal a toute sa place à l’intérieur.
Outre le fait qu’il contribue à la beauté du lieu, le soin et l’attention que l’enfant doit y porter, lui permet de prendre conscience du lien qui nous unit, nous humains, avec le monde végétal et le monde minéral.
Cette prise de conscience est aussi une porte ouverte sur les responsabilités que cela entraîne pour le «petit d’homme» et nous permet ainsi tout naturellement, d’aborder les notions d’écologie, de respect du vivant, de biodynamie

La table des saisons, proposée dans les écoles Waldorf a ainsi ici, toute sa place.
Elle permet de mettre l’enfant en lien avec le cycle des mois et des saisons.
Elle est un espace vivant et évolutif, qui accueille ce que la nature nous offre et nous montre à chaque période.

Elle est à mettre en lien avec la notion de temps et du cycle vie/mort/vie.

Nous envisageons que chaque enfant soit responsable d’une plante en entrant à l’école pour permettre de créer un lien intime avec la nature et le règne végétal, un lien d’amour et de responsabilité…
… à l’image du Petit Prince de St Exupéry et de sa rose.

À l’extérieur
À l’extérieur, la gestion d’un jardin, qu’il soit potager ou fleuri, est autant d’occasions de renouer le lien avec la «Terre Mère» et une mine inépuisable de liens avec les apprentis- sages fondamentaux.

Remettre la vie au cœur de l’école peut se faire de manière très simple à travers la mise en place, la culture et la gestion d’un jardin.
Cela permet en plus, de rendre plus réel le lien entre ce que nous cultivons et ce que nous mangeons.
Dans la mesure où cela sera possible, il serait intéressant que la production du jardin puisse alimenter la cantine en priorité.
D’autre part, on sait aujourd’hui, que les jardins ont de vraies vertus thérapeutiques (cf le travail du Docteur France Pringuey dans les hôpitaux).

Rapport à l’environnement
Ouverture sur l’environnement proche, village, rencontres intergénérationnelles, artisans, découvertes des métiers… Ouverture sur le monde, correspondance inter classes, pratiques linguistiques ….

Organisation du temps
Ecolline propose de mettre en place une souplesse des temps d’ouverture à tous les niveaux en accord avec les parents. Ce qui suit n’est donc que propositions qui s’ajusteront au fil de l’aventure.

Rythme journalier
Les temps d’arrivée à l’école et de départ en fin de journée sont échelonnés.

En lien avec le cycle des saisons, Ecolline propose des journées plus longues en avril, mai, juin, septembre et oc- tobre… voire mars… et des journées plus courtes en hiver (de novembre à février ou mars).

Repas
Ils sont étalés entre 11h30 et 13 h afin que les enfants viennent manger quand ils en ont besoin et quand ils se sentent prêts.

Une fois par semaine, voire toutes les 2 semaines ou une fois par mois au début, le repas est préparé par tous, en- semble, de A à Z. C’est alors l’occasion de plats préparés choisis… un peu comme une fête ! … et une occasion de milles apprentissages.

Budget

Budget prévisionnel