APPEL AU DON

Aidez-les à poursuivre cette belle aventure

Grâce à vos dons, ils pourrons continuer…

  • à transmettre des savoirs-faire jardiniers respecteux du sol et du vivant à travers des pratiques biologiques et biodynamiques
  • les transformations : tisanes, sels aux herbes, confitures, gelées de fleurs, sirops, encres végétales, limonades, fusain
  • les plantations de légumes, plantes médicinales, tinctoriales, aromatiques, à parfum, fleurs comestibles… Les faire découvrir aux élèves au jardin et en faire profiter à tous dans la cantine bio.

Et construire :

  • un espace abrité de cuisine extérieure sécurisé et pratique avec évier, plaques de cuisson, poubelles de tri et tableau
  • un nouveau système d’arrosage avec un nouveau forage, des asperseurs et programmateur pour des arrosages nocturnes et une meilleure gestion de cette denrée précieuse qu’est l’eau

Merci d’avance pour votre soutien !

5 000 euros nous sont demandés

sur un budget total de 22 395 euros

Avancée de la collecte
Temps écoulé

Pour plus d’information sur le projet

Contact : Marie-Caroline Bakke

Ecole Steiner en région d’Avignon
300, chemin de la Traille
84700 SORGUES

Tél. : 04 90 83 37 07

Email : ecole.avignon@steiner-waldof.org

Site internet du film : www.ecole-steiner-avignon.org

Un Jardin Écologique, Pédagogique et Nourricier

Le Jardin de la Gioventù

Ecole Steiner en région d’Avignon

Depuis 3 ans, dans le contexte péri-urbain de l’école Steiner de Sorgues, trois classes de collège prennent soin hebdomadairement du Jardin-potager du Domaine de Brantes.

Grâce à la persévérance des élèves, des parents et professeurs, le travail porte ses fruits : ce jardin enfriché a retrouvé ses splendeurs de jardin aux multiples facettes : plantes potagères côtoient plantes médicinales, aromatiques, tinctoriales…

Mais … ce jardin a grand besoin d’aide…

Le contexte : Rôle social et écologique de l’école

Se nourrir est devenu aujourd’hui un enjeu majeur. Pourtant la majorité des populations n’est plus en lien avec la terre nourricière et beaucoup d’enfants grandissent “hors sol” ignorant comment poussent et vivent les « aliments » qu’ils trouvent dans leur assiette.

La crise écologique questionne la qualité de notre lien à la nature.

Un des rôles fondamentaux de l’école étant de préparer les enfants à leur vie future, il est urgent et fondamental qu’elle leur apprenne à mieux connaître la nature et à cultiver leur propre nourriture.

Notre école, fondée sur la pédagogie holistique de Rudolf Steiner, tient particulièrement à offrir la possibilité aux élèves de se sentir acteurs dans le monde. Elle a pour moto “Apprendre pour entreprendre”. Pour cela, elle met en place projets et modes d’apprentissages vivants destinés à fortifier en eux aussi bien la pensée que la sensibilité et la volonté.

C’est par des expériences concrètes que nous amenons les enfants à connaître notre environnement naturel et les processus de vie des plantes. Depuis le jardin d’enfants (maternelle) jusqu’au lycée, bien des occasions d’apprendre leur sont offertes:

– dès le jardin d’enfants : sortie hebdomadaire en pleine nature et cuisine, jardin ;

– au primaire : petit potager et voyage à la ferme ;

– au collège : étude de la botanique, de la minéralogie, de l’alimentation ;

– au lycée : séjour individuel de 3 semaines dans une ferme (stage agricole), pour mieux connaître l’agriculture dans son contexte professionnel concret et économique.

Ces graines sont précieuses, mais encore insuffisantes parce qu’épisodiques.

C’est pourquoi depuis septembre 2016, nous créons un projet au coeur duquel le lien au vivant est moteur du développement de l’enfant.

Un premier espace de 800m2 est mis en culture, sorte de pépinière des savoir-faire du jardinier ; chaque élève y développe à sa manière le geste de soigner la terre, les outils, le végétal. Plantes aromatiques, médicinales et tinctoriales se côtoient pour nourrir les différents besoins de l’école des cours d’arts aux travaux manuels en passant par les tisanes ou sirop pour les fêtes rythmant l’année.

Puis dans une seconde étape s’ouvre un jardin maraîcher où les expérimentations prennent vie à grande échelle, les légumes sont cultivés pour la cantine biologique, la gestion de la structure est gérée par les plus grands élèves.

Objectifs Développement Durable (ODD)

11.7 : “Assurer l’accès de tous, en particulier des femmes et des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées, à des espaces verts”

12.8 : “D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les personnes, partout dans le monde, aient les informations et connaissances nécessaires au développement durable et à un style de vie en harmonie avec la nature.”

Le travail hebdomadaire au potager répond à de nombreux besoins pédagogiques.

Après la période botanique de 5ème, les cours de jardinage offrent la possibilité à l’élève d’exercer la qualité de son lien à ce qui l’entoure, plus particulièrement à l’environnement naturel et au monde du vivant. Cette expérience hebdomadaire s’inscrit dans le temps, dans le contact régulier avec les cycles naturels. L’élève peut vivre et peu à peu comprendre les rythmes naturels (annuels, saisonniers, journaliers) dictés par la course du Soleil et de la Lune.

A la puberté, le corps perd ses proportions, son harmonie, l’élève “perd son sol”. Traverser cette transformation de l’adolescence au contact régulier et approfondi de la terre et du végétal (qui se métamorphose en permanence) permet de pouvoir s’appuyer sur ces lois du vivant qui font notre monde naturel. Sentir le sol sous nos pieds qui nous porte et nous apporte, mesurer la richesse de l’utilisation des plantes, compagnes des activités humaines et récolter les fruits de notre travail donne confiance et construit la responsabilité.

Dans un double mouvement, le travail de la terre permet à l’élève d’utiliser ses forces, voire de les décharger, et d’en recevoir. Celui-ci demande une endurance et une persévérance dans l’effort dans un contexte extérieur à la merci du climat (froid, vent, chaleur, pluie…). La volonté est mise à l’épreuve. Ce travail en extérieur, hors de la salle de classe, nécessite d’emprunter un chemin vers une discipline individuelle et de se confronter à des tâches parfois répétitives, tout ceci dans l’objectif d’apprendre à comprendre ce que la terre et le vivant nous demande. Nos actions répondent à une nécessité objective venant du jardin lui-même, celle-ci fait sens, fait autorité. A cet âge où la causalité peut être perçue, les actes au jardin ont une répercussion observable, ce qui amène à cultiver un regard attentif pour comprendre les résultats obtenus et appréhender les conséquences de ses gestes.

Ce chemin de découvertes permet de développer un “bon sens” dans une pratique respectueuse de soi, des autres et de ce qui nous entoure et de poser un regard de curiosité, de questionnement et de compréhension sur le vivant dans ses processus.

En zone urbaine, un jardin écologique, pédagogique et nourricier

Jardin écologique : Agriculture biologique (certification en février 2020), biodyn

amique et biodynamique avec des essais en permaculture, des semences à la récolte en passant par le calendrier. Une agriculture respectueuse de la terre et sensible aux rythmes saisonniers. En cohérence avec la pédagogie de Rudolf Steiner.

Jardin pédagogique : Pour nos élèves de collège (12 à 15 ans). Chaque élève effectue deux heures hebdomadaires de travail au jardin. Il apprend ainsi dans la répétition les gestes élémentaires du jardinier, depuis le travail de la terre jusqu’à la transformation des produits. Les classes sont divisées en demi-groupes de 12 à 16 enfants. Environ 120 élèves sont concernés.

Jardin nourricier : Les fruits, légumes, plantes aromatiques et plantes à tisanes seront revendus à l’association LabelBio, certifiée Ecocert et labellisée 3 carottes, qui gère la cantine de l’école et prépare 300 repas bios et végétariens par jour. LabelBio a comme fournisseur le réseau Biocoop. Les ventes sont donc assurées.

Le lieu : Au jardin potager du Domaine de Brantes, à 15 minutes à pied de l’école. Vieux jardin potager à l’abandon, d’une surface de 800 m2, ceint de vieux murs, classé jardin remarquable et inscrit aux monuments historiques. Le domaine est entouré de 8 hectares de terres cultivées dont les propriétaires acceptent de louer une partie pour étendre les cultures lorsque le jardin potager sera entièrement investi.

Une équipe diversifiée : La jardinière est responsable du jardin. Elle anime les activités pédagogiques pendant le temps scolaire et l’équipe de parents de l’école qui œuvrent bénévolement pendant les week-ends et les vacances.

Curriculum mis en place et évolutif

1ère année : 6ème classe (6ème de collège)

Appréhender ce grand espace, y trouver des repères ;
Découverte des outils : noms, utilisations, gestes justes, soin et respect ;
Découverte du travail de jardinage : travail du sol, semis et plantation, désherbage, récoltes, transformations (séchage, sirop, confiture/gelée…), récolte des semences, confection et soin du compost…

;Premières approches du jardin par les plantes à odeur, confection de pot de senteurs : découverte des notions de notes de têtes, de coeur, de fond ;
Semis et suivi de culture de plantes annuelles et plus particulièrement des céréales ;
Confection de fusain (en lien avec la période noir et blanc en art).

2ème année : 7ème classe (5ème de collège)

Recueillir les fruits de ce qui a été mis en place au printemps ;
Poursuivre l’acquisiton des gestes et travaux du jardin ;
Soin, suivi de culture de l’espace des plantes à couleurs, confection d’encres et teintures ;
Soin et suivi de culture des plantes de l’Herbularius et Hortulus : espace des plantes médicinales et potagères du Moyen-Age (en lien avec la période) ;
Soin et dégustation de diverses plantes aromatiques en lien avec la période d’alimentation.

3ème année : 8ème classe (4ème de collège)

Approfondissement du savoir-faire jardinier ;
Diversification des tâches : taille des fruitiers (pommier, poirier, rosier), soin à la pépinière, bouturage… Responsabilité d’un espace pour un vrai suivi ;
Initiation à la météorologie ;
La prévention, l’identification des risques et le traitement des maladies (purin & tisane avec nos compagnes des cultures telles le pyrèthre, l’ortie, la consoude…)

Dans le futur :

Implication des grandes classes (3ème de collège et années de lycée) : greffage des arbres fruitiers, gestion de l’économie du jardin… Les plantes nourricières dans une optique de maraîchage, sur des parcelles plus grandes avec un savoir- faire spécifique ;

Le plan de cultures avec la rotation des cultures, les associations végétales et la vente des produits du jardin.

“Recherches-tu ce qu’il y a de plus élevé, de plus grand ?
La plante peut te l’enseigner
Ce qu’elle est, sans le vouloir
Sois le, en le voulant.”
Friedrich Schiller