• Apprendre tout au long de sa vie

  • cité par Edgar MORIN, dans Les sept savoirs nécessaires pour l’éducation du futur, éd. Seuil.

Connaissez-vous l’histoire…

des 3 princes de Serendip ?

Elle raconte que 3 princes du Royaume de Serendip (ancien nom de Ceylan, devenu le Sri Lanka) partis découvrir le monde, se lancèrent dans une grande quête.

En chemin, ils firent de nombreuses découvertes, par hasard et par déduction. qui semblaient n’avoir aucun lien entre elles, et ne leur paraissaient pas utiles dans leur mission.

Ces indices récoltés ça et là dans le royaume prirent un sens à la fin du conte, et leur sauvèrent la vie. C’est ainsi qu’est né le concept de sérendipité. C’est le fait de « trouver autre chose que ce que l’on cherchait », des idées originales et inattendues, des découvertes, des trouvailles, des rencontres… La sérendipité est une attitude d’esprit, un style de vie, combinant curiosité, sagacité, résilience et capacité à s’ouvrir au moment présent.

Apportez nous votre soutien pour nous permettre d’acquérir et rénover le lieu afin qu’il puisse être mis à disposition du projet

Pour plus d’information sur le projet

Contact : Samuel BONVOISIN

L’Oasis de Serendip
9 rue de Guynemer
26400 CREST

Tél.: 09 84 38 15 83

email : contact@oasisdeserendip.net

site: http://www.oasisdeserendip.net/

Besoin total : 525 000 euros

Avancée de la collecte
Temps écoulé

L’Oasis de Serendip

Projet de lieu éducatif multi-âge, multi-approche, dans la nature, et intégré à la vie économique de la vallée de la Drôme

Le projet… en résumé

La biovallée de la Drôme est un territoire depuis longtemps tourné vers l’innovation pédagogique et les dynamiques citoyennes. Ces dernières années, de nombreuses écoles alternatives y ont fleuri, expérimentant différentes approches pédagogiques. Conscients de la richesse de cette diversité, des personnes se sont réunies depuis 4 ans pour aller plus loin ensemble dans la création d’un lieu, avec comme ambition :

Apprendre tout au long de sa vie,

Les adultes présents sur le lieu partagent ce vœu d’apprendre et transmettre tout au long de leur vie.

Faire ensemble pour de vrai,

Les professionnel(le)s de l’agriculture, de l’art et de l’artisanat présents sur le lieu ou à proximité accueillent régulièrement des enfants et des jeunes (deux, trois ou quatre en même temps) pour faire ensemble « pour de vrai » leur métier. Tous les enfants et jeunes découvrent toutes les activités du lieu et chacun peut approfondir les expérimentations qui l’enthousiasment. Des parents, des proches des familles, des voisins, des retraités interviennent auprès des jeunes et des enfants dans des domaines qui les passionnent de manière ponctuelle ou régulière. Les enfants et les jeunes participent aux activités de fonctionnement du lieu, tel l’entretien ou la cuisine.

Dans la nature,

Le lieu se situe sur un site de 11,5 hectares de terres et de bois propices aux observations et activités dans la nature : champs, foret comestible, potager, aires de jeux et d’expérimentation.

Dans un lieu multi-âge,

Le lieu rassemble des enfants, des jeunes et des adultes. La mixité devient l’occasion de vivre la diversité, et tout ce qui en découle (aide, partage et respect).

Et multi-approches.

Les professionnel(le)s proposent différentes approches, conscients de ce qui les rassemble et les poussent vers un même horizon : faire évoluer les pratiques au gré des observations, des échanges entre pairs et des nouvelles connaissances scientifiques, avec pour intention le bien-être des enfants et le développement de leurs apprentissages.

Qui sont les porteurs du projet

Elodie DOTEAU

Éducatrice en pédagogie Montessori pour les 3-6 ans et responsable pédagogique à l’école « Les Cotylédons » d’Allex. Je me suis d’abord formée auprès d’Isabelle Peloux à l’école du Colibri (pédagogie coopérative et outils de communication, de gestion des conflits et d’éducation à la paix), puis j’ai passé mon diplôme d’éducatrice à l’Institut Supérieur Maria Montessori (Paris).

Elodie DOTEAU
Jessica BONVOISIN

Co-fondatrice de l’Oasis de Serendip. Ingénieur en agriculture, j’ai notamment piloté un projet de partenariat avec des collectivités territoriales sur l’accessibilité de l’alimentation biologique aux personnes les moins favorisées. Maman de 3 enfants, je suis aujourd’hui éducatrice dans l’école Montessori « Les Cotylédons ».

Jessica BONVOISIN
Julien LOOS

Titulaire d’un DEA de philosophie à la Sorbonne (Paris I). Educateur 3-6 ans, diplômé de l’Association Montessori Internationale (AMI) à l’Institut Navashida (Chennai, Inde). Père d’une enfant. Depuis 2013, j’ai choisi Die pour venir m’installer en famille et participer à la création de l’école Terres d’Enfance, en tant qu’éducateur 3-6ans et responsable pédagogique.

Julien LOOS
Laetitia SAUVAGE

Je suis engagée dans une démarche de recherche doctorale en Sciences de l’éducation, dirigée essentiellement vers l’innovation pédagogique. J’ai fondé l’association Salanganes, centre de ressources pour l’enfance à l’Île de la Réunion, et intervient aujourd’hui comme formatrice. Ce qui a du sens pour moi : accompagner chacun, chacune à l’écoute de son propre potentiel.

Laetitia SAUVAGE
Samuel BONVOISIN

Co-fondateur de l’Oasis de Serendip. Agronome, certifié en permaculture appliquée, j’ai travaillé ces dernières années en tant qu’animateur de réseau dans le secteur de l’éducation populaire et citoyenne. Je m’installe aujourd’hui à l’Oasis de Serendip comme paysan et formateur en permaculture.

Samuel BONVOISIN

Une base éthique : le projet éducatif

Nous avons adopté comme base éthique le texte rédigé collectivement en mars 2015 par le groupe « ce qui nous réunit » du Printemps de l’éducation. Cette base sera complétée d’une charte relationnelle et comportementale qui sera rédigée par l’ensemble des acteurs du projet, enfants, jeunes et adultes, et améliorée collectivement au fil des expériences vécues.

« Nous reconnaissons l’existence d’un plein potentiel chez chaque être humain et la tendance de ce potentiel à évoluer naturellement. Nous estimons que la réalisation du potentiel de chacun est vecteur de paix. Nous pensons que lorsqu’un être humain est épanoui dans sa relation à lui-même, il l’est aussi dans sa relation aux autres et à son environnement, et que ces trois dimensions se nourrissent vertueusement.

Nous partageons la volonté que l’éducation permette à chacun :

  • de grandir dans la joie, le plaisir, le jeu, l’enthousiasme, la légèreté, la coopération, l’ouverture, le respect, la confiance, la tolérance,
  • de se développer sur les plans cognitif, émotionnel et physique dans le respect de la singularité et du rythme de chacun en lien avec son environnement,
  • d’expérimenter ce qui émerge spontanément : il est par conséquent nécessaire de prendre le temps d’observer et d’écouter,
  • de construire ses apprentissages, d’être accompagnés dans ses projets et ouverts au champ des possibles.

Nous estimons que chaque enfant et chaque jeune a besoin :

  • de pouvoir évoluer aux côtés d’éducateurs authentiques, ouverts, positifs, bienveillants, cohérents dans leurs paroles et leurs actes, conscients d’être des modèles et dont l’action est basée sur le savoir-être et la facilitation de l’accès aux apprentissages,
  • de vivre dans un espace qui est pensé, aménagé et propice pour un développement de toutes ses dimensions dans un équilibre dynamique,
  • de libérer sa curiosité, sa créativité, son imagination et son intuition,
  • de prendre conscience de sa capacité à être auteur et acteur de changement
Nous estimons que chaque enfant et chaque jeune a aussi besoin de cohérence et d’harmonie entre pensées, paroles et actions, d’estime de soi et d’ambition, d’altruisme, d’empathie et de bienveillance, d’autonomie, de sociabilité et de responsabilité, de citoyenneté, de paix et de communication non-violente, de sensibilité à la nature et d’amour de la terre. »

Présentation détaillée du projet

1. Quelques éléments de contexte

Trois associations ont collectivement fait l’acquisition, en novembre 2015, d’un lieu comprenant 11,5 ha de terrain agricole (partiellement boisé), et des bâtiments à rénover pour une surface totale de 530m2. Ce lieu est situé sur la commune d’Eurre, sur le territoire de la Communauté de Commune du Val de Drôme et de la Biovallée. Notre projet a été retenu par le mouvement Colibris comme l’une des Oasis « pilote » du mouvement, et nous bénéficions d’un accompagnement à ce titre. Notre intention est de faire co-exister sur un même lieu une ferme en permaculture, des écoles, une entreprise touristique et un habitat participatif.

Nous échangeons à ce titre depuis plusieurs mois avec les écoles alternatives du territoire, et notamment deux écoles situées à proximité et en recherche d’un lieu plus adapté leur besoin : l’école Montessori « Les Cotylédons », portée par l’association Part’âge (une classe maternelle et une classe élémentaire multi-âge en création), et l’école du 3ème Type « Coop’cinelle » (une classe élémentaire multi-âge). Des échanges réguliers ont aussi lieu avec l’école du Colibri (Les Amanins) à La-Roche-Sur-Grâne (deux classes élémentaires), l’école Caminando à Menglon (une classe élémentaire), l’école Montessori Terre d’enfance à Die (une classe maternelle et une classe élémentaire), l’école Montessori Que la Joie Demeure à Véronne (une classe maternelle) et d’autres écoles situées sur des territoires voisins.

Outre le besoin de se relier entre les différentes écoles, les différentes approches pédagogiques, et de pouvoir accueillir sur un lieu de nature des écoles qui ont des difficultés à trouver des lieux adaptés, il a aussi émergé le besoin de proposer une offre éducative pour les enfants âgés de plus de 11 ans. Il n’existe en effet ni collège ni lycée qui propose une continuité pédagogique pour les enfants de ces écoles sur le territoire. Nous avons pris voici quelques mois contact avec l’Université de l’Avenir, une association du territoire qui porte notamment depuis 4 ans un projet de collège en lien avec l’école du Colibri, mais leur démarche semble pour le moment en sommeil. Nous sommes aussi en lien avec un groupe de personnes issu de cette association qui travaille à la rédaction du projet pédagogique d’un futur collège à Brette (26). Nous nous sommes mis d’accord sur le principe d’un échange autour des fruits de nos travaux respectifs.

2. Les contours du futur lieu éducatif

L’ensemble du lieu est imaginé et conçu en partant de l’aménagement de l’espace vécu par les enfants, de la naissance à l’âge adulte. On y trouve donc :

1. Pour les tous petits, de 0 à 3 ans

• Une espace d’accueil pour les tous petits (15 enfants, 3 emplois)

Dans la période de 0 à 3 ans, l’enfant ne cherche pas encore le monde extérieur : son environnement proche lui suffit pour satisfaire ses besoins de création. L’environnement est soigneusement préparé par l’adulte et se caractérise par l’ordre, la simplicité et l’esthétisme, ce qui correspond aux besoins de l’enfant (besoin d’être aimé, d’être respecté, besoin de sécurité et d’accompagnement vers l’autonomie). Des espaces pour le mouvement, pour les repas pour les siestes, pour les soins et pour jouer à l’extérieur sont présents dans le lieu.

2. Pour les enfants de 3 à 12 ans

  •   Trois ambiances Montessori (60 enfants, 5 emplois)
  •   Deux classes du 3ème Type (40 enfants, 5 emplois)

A partir de 3 ans, l’enfant rassemble ce qu’il a acquit dans les premiers stades de sa vie, et le développe plus globalement. De 3 à 6 ans, l’école doit offrir à l’enfant : des possibilités de perfectionnement, d’unité de son être, d’enrichissement de son langage, d’affinement de ses sens et de sa main, de coordination de ses mouvements, de respect de lui-même et des autres. De 6 à 12 ans, un monde nouveau s’ouvre à ses aspirations. Son élan vital le pousse vers une société plus large. Il peut commencer à y prendre une part active. Il devient aussi capable d’abstraction, et introduit un sens moral à ses actions.

Dans l’espace intérieur, il peut y avoir un espace convivial où l’on peut se désaltérer, s’asseoir confortablement et discuter (pour que les adultes trouvent leur place plus facilement), un espace où l’on puisse tous se réunir, un espace où l’on puisse se reposer, une bibliothèque, un espace avec chacun son espace personnel, des espaces dédiés à différentes activités : peinture, informatique, bricolage, création en tissu, fils, cuir, terre, argile, laboratoire… et avec dans chacun tout le matériel nécessaire, une cuisine et une salle de restaurant. L’espace est aménagé avec un souci esthétique : harmonie des couleurs, des formes, des matériaux, rangé, simple et un souci d’hygiène : matériaux sains et naturels, propreté, aération.

A l’extérieur, il y a un espace naturel avec herbe, fleurs, potager, arbres, aménageable au gré des idées et projets, avec des animaux. Un espace avec du matériel appropriable par les enfants pour s’adonner à des jeux et expériences selon leurs capacités et envies : portique avec cordes, trapèze, balançoire, toboggan, objet à escalader… avec des aménagements sécurisés qui permettent une grande diversité de mouvements en toute liberté. Un espace extérieur abrité pour être dehors sans être au vent ou à la pluie.

Lors de son entrée sur le lieu à partir de cet âge, l’enfant se voit confier par un « grand » qui entre au collège un carré de potager dont il aura la responsabilité jusqu’au jour de sa propre sortie : des moments dédiés au soin de cet espace sont programmés dans la semaine, et l’enseignement délivré s’appuie largement sur les explorations et les découvertes faites au potager pour soutenir les apprentissages.

D’une manière générale, cette période est propice à un éveil à la dimension apprentissage du « vivre-ensemble » dans nos pédagogies. Cela s’amplifie à partir de l’âge de 6 ans : conseil de classe, éducation à la paix, éducation émotionnelle.

3. Pour les jeunes de 12 à 16 ans

Un cursus collège sous forme de 3-4 unités de vie pouvant accueillir 15 jeunes (45-60 jeunes, 6 emplois), très impliquées dans la vie économique du territoire.

A partir de 12 ans, le jeune a acquis un degré d’autonomie qui lui permet de faire face aux besoins élémentaires du quotidien. Il est en outre capable de s’organiser en groupe. C’est pourquoi nous mettons en place des unités de vie comprenant une « maison » dans laquelle les jeunes vivent, mangent et peuvent dormir pendant la semaine, et un « espace de travail » dans lequel ils peuvent consulter des ressources, et avancer individuellement ou collectivement sur leurs projets.

Chaque jeune est accompagné peu après son entrée au collège par un adulte référent. Les adultes référents sont choisis en fonction de la diversité de leurs sensibilités (approches Montessori, 3ème Type, pédagogie de la coopération, etc…) afin d’offrir aux jeunes la possibilité de trouver un référent qui est en phase avec sa propre sensibilité.

Le quotidien est réparti en différents temps :

  • des temps consacrés à la gestion de leur « maison ». Il s’agit de temps d’immersion dans la gestion collective du quotidien, de travail « pour de vrai » avec des acteurs économiques situés sur le lieu ou à proximité. Avec des agriculteurs par exemple, il s’agit de se nourrir mais plus encore il s’agit de découvrir et d’apprendre comment fruits et légumes se cultivent (l’importance de l’eau, de la terre et du temps). Grâce aux menuisiers, il s’agit de construire et réparer des objets du quotidien, mais plus encore de sentir et faire l’épreuve de la matière, de l’outil et du but. Le travail avec des artistes permet de découvrir l’importance de prendre soin de son cadre de vie (notion de la beauté, de la gratuité…).
  • des temps consacré à la dynamique du « village ». Tenir une épicerie/cafétéria, rendez vous social incontournable du matin, mais aussi des pauses qui jalonnent la journée, organiser un ciné-débat, préparer une galerie d’exposition, et tout autre activité créant des espaces de rencontre, de partage, de vie… Chaque proposition est l’occasion de toucher une passion (consciente chez un adulte, encore latente chez un ado). Ce sont des temps où l’on découvre l’importance du lien social, et où l’on fait l’expérience de la place de chacun dans la vie locale.

  • des temps de recherche et d’apprentissage individuels. Ce sont des temps nourris et construits à partir de projets élaborés et vécus par le jeune lui-même, accompagné de son adulte référent. Prendre du recul, analyser, identifier les points forts, les points faibles. Comprendre ses réussites, ses échecs, se comprendre et comprendre l’autre, les dynamiques de groupe. Autant d’aspects qui requièrent l’œil, l’écoute et la parole d’un adulte expérimenté pour créer un dialogue pertinent et personnel.

  • des temps de recherche et d’apprentissage collectifs. Ce sont des temps menés collectivement par l’ensemble des jeunes d’une unité de vie. L’idée est d’initier et concrétiser des voyages d’études, des recherches thématiques… autant de constructions collectives enrichissantes au niveau des savoirs, qu’au niveau du « vivre ensemble ». En effet, savoir-faire et savoir-être au sein d’une communauté, voilà tout l’enjeu d’un individu (jeune comme adulte). C’est à cela qu’un projet pédagogique et un lieu de vie doit répondre aujourd’hui. Créer un espace d’échange où s’entremêlent les dynamiques, afin que chacun participe au tout et que le tout s’offre à chacun…

4. Pour les adultes

  • Un cursus « professionnel(les) de l’enfance » (20 adultes, 3 emplois).
  • Un cursus « permaculture » (20 adultes, 3 emplois).
  • Un cursus « parentalité » (20 adultes, 1 emploi).

    Ces cursus ont en commun une approche par l’immersion. Il s’agit de partir de l’observation de situation vécues sur le lieu, et de construire une pensée basée sur cette observation.

Le montage financier

Plan


Achat des bâtiments et rénovation

Il est proposé à la fondation le principe d’un échange approfondi sur les dispositions juridiques et matérielles pouvant mener à un investissement immobilier de la fondation sous la forme de l’achat d’une partie du bâti situé au cœur du site de l’Oasis de Serendip (en rose sur le plan).

Cet ensemble comprend : un bâtiment de 135 m2 de surface sur 2 étages, un hangar aménageable d’une surface potentielle de 130m2, et un terrain attenant de 200 m2.


COÛT DU PROJET :

  • Achat des bâtiments et du terrain : 195 000 €
  • Frais de notaire : 14 000 €
  • Travaux de rénovation : 316 000 €

Coût total du projet : 525 000 €

Le comité de parrainage

Anne-Sophie NOVEL

Docteur en économie, Anne-Sophie Novel exerce en tant que journaliste et blogueuse spécialisée dans l’écologie et les alternatives durables, l’innovation sociale et l’économie collaborative. Elle est l’une des 10 personnalités interrogées par le journaliste Olivier Le Naire dans le livre « Nos voies d’espérance » publié le 5 octobre aux éditions Actes-Sud/Les Liens qui Libèrent.

Anne-Sophie NOVEL
Antonella VERDIANI

Docteur en sciences de l’éducation, Antonella Verdiani a travaillé durant plus de dix huit ans à l’UNESCO, où elle était responsable des questions d’éducation. Consultante et formatrice, elle est à l’initiative du Printemps de l’Éducation. Elle est l’auteur de « Éduquer à la joie. Ces écoles qui rendent les enfants heureux », sorti en 2012.

Antonella VERDIANI
Bernard COLLOT

Sans présupposé idéologique, simplement en laissant se développer la pédagogie Freinet dans un contexte multi-âge, Bernard Collot est parvenu à concilier efficacité des apprentissages et bien-être des enfants, dans une école « sans cahiers, sans leçons, sans programmes, sans évaluation, sans horaires, sans emploi du temps ». Il est l’auteur de « Chroniques d’une école du troisième type » aux éditions L’instant Présent.

Bernard COLLOT
Cyril Dion

Co-fondateur du mouvement Colibris, qu’il a dirigé depuis sa création fin 2006, jusqu’en août 2013, Cyril Dion en est aujourd’hui l’un des porte-parole. Il est également co-fondateur et directeur de la rédaction du magazine Kaizen. En 2010 il a co-produit avec Colibris et conseillé le film de Coline Serreau « Solutions locales pour un désordre global ». Il a réalisé le film “Demain” avec Mélanie Laurent, pour lequel il a reçu le César 2016 du meilleur film documentaire.

Cyril Dion
François ROUILLAY

Après avoir cofondé le mouvement des Incroyables Comestibles en France en 2012 depuis Colroy la Roche, dans le Bas-Rhin, et Fréland, dans le Haut-Rhin, François Rouillay en est aujourd’hui le coordinateur national. L’expérience connaît rapidement un vif succès au point de devenir un mouvement planétaire rendant possible un nouvel art de vivre par le simple changement de regard.

François ROUILLAY
Gilles CLEMENT

Ingénieur-agronome, jardinier-paysagiste, botaniste, entomologiste, Gilles Clément a réalisé de nombreux jardins, dont celui du parc Citroën, les jardins de l’Arche et du parc du musée des Arts premiers à Paris. De l’observation et de son rapport vécu et vivant avec la Terre et ses écosystèmes il a développé les notions de « Jardin en Mouvement« , du « Jardin Planétaire » et du « Tiers Paysage » .

Gilles CLEMENT
Linda LOUIS

Depuis plusieurs années, Linda Louis s’adonne à la cueillette sauvage dans les forêts de Sologne et de Tronçais. Elle anime avec succès un blog, Cuisine campagne, et collabore au magazine Kaizen. Elle est l’auteur, aux éditions La Plage, de plusieurs livres qui font référence dans la cuisine bio et la cuisine sauvage. A découvrir son dernier ouvrage : « L’Appel gourmand de la forêt » !

Linda LOUIS
Marc DELRUE

Jardinier en chef du parc Mosaïc depuis 2004, Marc Delrue a passé sa vie dans les jardins. Pédagogue enthousiaste et patient, il a développé avec l’association Prêt du Sol une approche éducative centrée sur le respect de la Terre, de l’Homme, et le souci des plus démunis. Il anime une chronique jardinage le samedi matin sur France Bleu Nord.

Marc DELRUE
Marc DUFUMIER

Marc Dufumier est agronome. Professeur émérite à l Agroparistech, expert auprès de la FAO et de la banque mondiale, il est une référence internationale sur les questions d’agriculture et d’alimentation. Président de la Plate-Forme pour le Commerce Équitable, il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels « 50 idées reçues sur l’agriculture et l’alimentation ».

Marc DUFUMIER
Steve READ

Pionnier de la permaculture en France, Steve Read a délivré plus de 70 cours certifiés de permaculture enseignés dans 12 pays différents, dans des zones tempérées, méditerranéenne, tropicales et semi-arides. Fondateur de L’Université Populaire de la Permaculture, il en a été le président pendant 3 ans. Il a aussi participé à la mise en place du réseau permacole « Brin de Paille ».

Steve READ